Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2011

La Bossa, Claudine et Mick

 

 

Livrecdbossa.jpg
J’avais tendance à penser, la Bossa, un petit peu ça va. Mais il y a peu l’émission Nuit Blanche sur TSF Jazz recevait Gilles Peterson, qui avec Stuart Baker, vient de faire paraître Bossa Nova and the rise of Brazilian music in the 1960s : Original Cover art. Un beau livre de 180 pages, format 31 x 31cm qui nous propose quasi à la taille réelle (les reproductions font 26cm de côté) une petite histoire de la Bossa Nova des années 60.
Ce sont les pochettes de disques qui balisent,  avec pour balises (pas forcément chronologiques) les pochettes de disques vinyls. Soul Jazz Records ne faisant rien à moitié, la sortie d’un double CD éponyme de 34 titres allait de soi. C’est ce beau coffret (acompagné d’un livret de 75 pages) qui a mis fin à mes a priori. Même si pas mal d’artistes ne m’étaient pas inconnus, le répertoire choisi ici m’a fait revenir sur mes à priori. Quelques titres sont à l’écoute sur le site de Soul Jazz Records (si ce n’est déjà fait n’hésitez pas à jeter un œil sur le reste de leur catalogue). 

bossapages.jpg

Cette "nouvelle vague" ne toucha pas que la musique, les arts graphiques en sortirent égalements plus riches.

pochettesbossa.jpg

Ici des créations de Cesar G Villela, Francisco Pereira, Mauricio

sergiomendesoK.jpg

Ue photo du groupe de Sergio Mendes en 1966 © Jim McCrary/Redferms (juste par plaisir)

Pour ce qui suit, veuillez m’excuser, mais après tout c’est bien la base line du blog, une chose en amenant une autre… un peu de digression donc

En pensant Bossa Nova, je me suis souvenu de Claudine Longet, avec sa guitare sèche dans le fantastique et très pop The Party de Blake Edwards. La Bossa Nova, ici était à la sauce Henry Mancini (Je l'adore) mais voyez et écoutez par vous-même.

Et Claudine Longet, s'avérait être la Claudine de la chanson du même nom interprétée par les Stones. Était-ce une muse, une autre Lady Jane ? Les choses étant bien faites vous pouvez d'ores et déjà cliquer pour mettre en route le morceau afin de l'écouter pendant que je vous narre cette éffarante histoire.


 

Cette Claudine au joli minois et à l’accent frenchy qui était danseuse aux Folies Bergères de Las Vegas fit chavirer le cœur du chanteur américain Andy Williams. L’idylle ne passa pas inaperçu, le crooner (pour le coup fort sirupeux) était de 19 ans son aîné. Il la fit chanter, l’invita dans ses show télé, elle tourna dans plusieurs films télés enregistra tout de même 7 albums, et trouva le temps de faire 3 enfants qui accompagnaient, même dans leur plus jeunes âge, leurs parents sur les plateaux télé afin de parfaire l’image angélique de la famille américaine. The Party, en 1968 s’inscrit à mi parcours de cette histoire d’amour. Le divorce arrive en 1975 elle a alors 33 ans. C’est le skieur Wladimir Spider Sabich, qui devient son compagnon. Pas pour longtemps, on le retrouve mort d’une balle dans l’abdomen un an plus tard dans leur maison d’Aspen. Crime ou accident ? L’affaire déchaîne les passions, Mick Jagger transforme cela en chanson, et c’est tant mieux. Elle ne fait partie d’aucun disque officiel. Je remercie donc Keith et Mick de m'avoir permis de vous la faire entendre ici.

23:32 Publié dans Illustration, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bossanova, lp, vinyls, claudine longet, rolling stones, illustration, illustrateur |  Facebook |  Imprimer | | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.