Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2012

Les mutins de 1917

Dans ses peintures Gérard Lattier parle souvent de la guerre, des guerres… et celle de 14-18 y tient forcément une place importante. Quoi de mieux que le 11 novembre pour rappeler que certains noms ont été oubliés sur les monuments, ceux des mutins, des insoumis… Lattier, et son cœur qui n'oublie personne,  en a fait un tableau "Histoires des mutineries de 1917 que m'a raconté mon voisin de la rue Sully" . Le voici décomposé ici pour en faciliter la lecture sur écran.

Gérard Lattier, peinture,Le voyage en peinture,art brut,art populaire,mutins de 1917,grandue guerre,14-18

Gérard Lattier, peinture,Le voyage en peinture,art brut,art populaire,mutins de 1917,grandue guerre,14-18

Gérard Lattier, peinture,Le voyage en peinture,art brut,art populaire,mutins de 1917,grandue guerre,14-18

Gérard Lattier, peinture,Le voyage en peinture,art brut,art populaire,mutins de 1917,grandue guerre,14-18

Ces images ont été empruntées au très beau livre consacré à Gérard Lattier "Le voyage en Peinture" aux Éditions du Chassel.

Il a déjà été question de Gérard Lattier sur ce blog, ici.

Commentaires

Bonjour,

Les dessins sont tragiquement parlants.
Mais.
Votre "voisin de la rue Sully" a-t-il de bonnes sources pour valider ses assertions.
Est-ce une réalité ?
Une partie de la réalité ?
Une partie de la réalité + une horrible légende ?
Sur d'autres sites ce sujet prête à controverses.
Mais si vous avez des éléments de certitude, ils pourraient être bien utiles.
Salut et fraternité.

Écrit par : salix9506 | 15/11/2012

Lattier, comme à son habitude nous transmet un récit oral du "voisin de la rue Sully"comme dans d'autres tableaux les récits de son ami Raux ou de Charlot Faget... Peintre-conteur, conteur-peintre, Gérard Lattier nous raconte les histoires, l'histoire avec un petit "h", celle qui se transmet au café d'à côté et qui disparaîtra quand il n'y aura plus personne pout les écouter. Laissons aux historiens l'Histoire avec son "H" majuscule et l'insigne honneur de la graver dans le marbre. Personnellement je préfère la peinture.
Bo Dimanche

Écrit par : Bo Dimanche | 16/11/2012

Les commentaires sont fermés.