Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2012

Ça l’affiche mal !

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afriqueVient de paraître aux éditions La Muette un nouveau livre sur les affiches de cinéma ghanéennes. Deux ouvrages existaient déjà Extreme Canvas ouvrage anglophone paru en 2001, aujourd’hui épuisé mais trouvable à des prix exorbitants sur le Net et Ghanavision petit livre de 64 pages qui privilégiait les illustrations. Jean-Pierre Putters, fondateur de la revue Mad Movies, nous propose ici une approche toute personnelle de cette imagerie et l’on apprendra d’ailleurs beaucoup sur l’auteur, spécialiste de cinéma fantastique, d’horreur, d’action et de tous les sous-genres qui s’y rattachent.

 

 

 

 

 

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, extreme canvs, ghanavision
Les deux précédents livres sur le sujet Extreme Canvas et Ghanavision

C’est parce qu’on lui signale au début des années 90 la reprise d’une des couvertures d’un hors-série de Mad Movies par un peintre ghanéen que Jean-pierre Putters prend connaissance de cette pratique des vidéos mobiles (une voiture, un magnétoscope, une télé et un générateur et voilà le cinéma itinérant version années 80). À partir de là, il commence à recueillir et amasser photos, affiches et toutes représentations de ces peintures originales faites sur de la toile de sacs de farine.

Ce n’est pas dans ce livre que l’on trouvera des informations sur les peintres ghanéens qui ont réalisé ces affiches ; Putters, en passionné de cinéma de genre, les classe ici comme il le fait de sa vidéothèque, par genres (karaté, action, aventure…) et sous-genres directement issus du symbolisme ghanéen (affiches avec serpents, hommes-bêtes, crânes… j’en passe et des meilleurs).

Le texte accompagnant les plus de deux cents affiches est plutôt déroutant. Le long dialogue entre un patron commanditaire et son peintre aux ordres ne nous apprendra rien sur cette parenthèse graphique qui dura du VHS aux paraboles mais le nombre de reproductions vaut bien les 22 euros de ce livre grand format de 144 pages.

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision

scwartzy.jpg

Art naif, art populaire, affiches de cinéma Ghana, livre, édition, Putters, peinture, peintre, graphisme, afrique, peintre africain, extreme canvas, ghanavision, éditions vivement dimancheLes images ci-dessus ne sont pas tirées des ouvrages précédents, elles font parti de collections particulières ou peuvent être vues dans Art africain dans les collections privées picardes paru aux Éditions Vivement Dimanche  et dont vous pouvez avoir un aperçu ici

 


Commentaires

Ah, mon cher, il y a au moins un troisième livre, paru en 2003, "Holywoodoo, incredible movie posters du Ghana", une production Multikrolor Dernier Cri, préfacé par Pascal Saumade, émérite chercheur et collectionneur d'art modeste (la Pop Galerie). C'était sorti à l'occasion d'une expo à la galerie Arts Factory qui était alors installée rue d'Orsel à Paris 18e, près de la Halle St-Pierre.
Sinon, je voulais aussi dire que je ne suis pas parvenu à ouvrir le lien vers l'art africain dans les collections privées picardes... Mais peut-être n'est-ce qu'un caprice de ma machine?

Écrit par : Bruno | 04/02/2012

Les commentaires sont fermés.