Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2011

Un début à tout.

Continuellement confronté au problème du rangement, du tri, du classement, ce blog sera peut-être mon défouloir. Je vais pouvoir y réunir des documents par association d’idées et non comme sur les étagères par sujet, format, éditeur… Je crois me souvenir que c’est Aragon  qui, à la question : Comment avez-vous classé les livres de votre bibliothèque ?  avait répondu : - par couleur.
La réponse m’avait laissé pantois mais beaucoup séduite. Basta les nomenclatures, chronologies et ordres alphabétiques. Viva le désordre organisé, les vacances de la logique, le tri par analogies ou sensations…

Démonstration par l’exemple et par l’image. Pourquoi en manipulant «les cahiers de Marottes et violons d’Ingres» revue de 1939 ai-je aussitôt pensé à la revue «Hey» de mars 2010 ?

La démonstration se fera par l’image.

marotte-hey.jpg

Voilà le cheminement. En cherchant une accroche à ce blog, je pensais à celle du n°1 des cahiers de Marottes et violons d’Ingres. Cette revue destinée au corps médical s’annonçait comme l’ «Organe du club médical des chercheurs et des curieux».

marottestetiere.jpg

CLUB DES CHERCHEURS ET DES CURIEUX ! 

Ça a un côté Les 6 Compagnons, curieux je le suis, chercheur de petites bêtes je peux l’être.

Et puis c’est dans cette revue que j’avais lu des articles d’Anatole Jakovsky sur les créateurs d’art Brut. Comme celui-ci sur Raymond Isidore (que je mettrai en ligne en Pdf sous peu).

jakovsky.jpg
Double page de la revue Cahiers de Marottes et Violons d'Ingres N°60 - 1962

Anatole jakovsky, dont-il sera forcément question plus tard dans ces pages avait l’air d’un joyeux drille, comme sur cette photo prise devant la le magasin de l’antiquaire Jacques Damiot (aujourd’hui enterré au cimetière de Chartres, c’est à dire au pied de la maison Picassiette, le monde est décidément très petit).

jakovsky, Jacques Damiot

Anatole Jakovsky, dont j'avais lu le livre Paris mes puces était l’ami Youki Desnos, celle-la même pour qui Foujita avait créé un tatouage en forme de sirène.

YoukijakovskyDoisneau.jpg

Youki Desnos et la sirène tatouée par Foujita. © Atelier Robert Doisneau

Et voilà, c’est cette petite sirène tatouée sur une cuisse de femme qui m’amène tout droit à la revue Hey N°3 et à ses pages consacrées aux peintures de Titine K Leu. 

Taouage2-leu.jpg

tatouages, Jakovsky
Titine K Leu. Charlie Vagner (Tatoo artist) 2001. Détails. A voir dans Hey #3

Les commentaires sont fermés.