Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2011

Vacancier à résidence

Vacancier à résidence, ça veut dire que je ne bouge pas. Depuis plusieurs années mes vacances se passent là même où je travaille, et je travaille chez moi. Les raisons en sont multiples mais sans grand intérêt. Il est des voyageurs virtuels qui semblent fort bien se résoudre à la sédentarisation du corps. Olivier Hodasava, auteur du blog Dreamlands le sait bien, lui qui nous dit en ouverture de ce carnet de voyage : "Aux monuments, aux musées, aux chics avenues des centres-villes, je préfère les espaces de peu, de rien : les ronds-points, les zones industrielles, les zones commerciales, les chantiers, les friches, les terrains plus ou moins vagues, les quartiers populaires. Je n’ai pas pris l’avion depuis quinze ans mais j’aime l’idée du voyage – j’aime particulièrement l’idée du voyage immobile, immatériel, fictif. J’aime être là où je ne suis pas même si ma présence n’est que virtuelle. J’aime être un voyageur de chambre comme il est des toreros de salon – des types un peu ridicules, certes, mais toujours concernés et follement enthousiastes. Chaque sortie dans Google Earth, quoi qu’on puisse en penser, est pour moi une véritable aventure."

dreamlands, Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France

Ce carnet de voyage virtuel en est à son 388e jour aujourd’hui, et s’il est riche d’images finement choisies et cadrées (Streetview ne fait pas tout), fort d’ambiances marquées il reste très personnel et me donne envie d’aller traîner mes guêtres à mon tour, sous des cieux toujours bleus ou dans des zones où, piéton ordinaire, je ne m’aventurerais pas.

dreamlands, Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France, Tchernobyl
Les alentours de Tchernobyl, fraicheur et tranquillité 

dreamlands, Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France, Tchernobyl

Mur peint à Belfast, l'Irlande aux mille couleurs

dreamlands, Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France, Tchernobyl

La statue de la Liberté de Barentin, un nouveau monde

Ce blog étant bien plus que ce que j’en dis, allez y vite : Dreamlands . (Il n’y a pas besoin de visas)

La chose qui en amène une autre cette fois-ci, c’est Olivier Hodasava lui-même. Son nom me disait quelque chose et je ne savais pas quoi. Le Tour de France qui commence m’a aidé à m’en souvenir.

 Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France

Depuis que le Tour ne se gagne plus en juillet sur les Champs Élysées mais dans des laboratoires de contre-expertise au beau milieu de l’hiver je ne m’y intéresse plus. Je le regrette un peu, mais je garde mes souvenirs d’enfance et d’adolescence intactes et les entretiens toujours en glanant de-ci de-là figurines, porte-clefs, photos ayant trait aux Tours "de quand c’était l’bon temps".

En 1996, j’ai acheté, ce que j’appelle un livre de comptoir (petits formats, flip book, auto productions… posés près de la caisse des libraires indépendants). Celui-ci, d’un format 10 x 13 cm s’intitulait Les petits cyclistes d’Olivier Hodasava et avait tout pour me tenter, jolie couverture et pochette de cellophane qui laissait entrevoir une surprise. Je me suis régalé de cette lecture. Petits textes, souvenirs en vrac de l’auteur et de ses cyclistes de plastique, de ses jeux et de ses drames, entrecoupés de photos noir et blanc.
L’objet en main était précieux, avec une petite planche encartée, colorée à la main, tout ce que j’aime. Trop précieux à mes yeux pour rejoindre la caisse où sont rangés les cyclistes et les autres babioles il est en bonne place sur l’étagère des petits formats couverture face à moi.

Olivier Hodasava, Photo, blog, site, micro édition, Ad Hoc, Tour de France,

Internet permettant de trouver à peu près tout alors pourquoi pas ce petit livre : Les petits cyclistes. Olivier Hodasava. Éditions Ad Hoc. ISBN : 2-911619-05-6.

figurine cycliste, collection

Une curieuse figurine articulée de 12 x 8 cm, dont j'ignore l'origine. 

Autre digression, ce Walking Indurain de Fred Poulet . Album Encoré Cédé, Saravah 1996.
Vidéo issue de Taratata

 sculpture bois, camion pernod, tour de france, laurent Jacquy 

Un camion de la caravane du Tour en bois peint. Laurent Jacquy.

02/07/2011

Tombeau de la variété française

Laurent Laurent, lecture, Tournidol, collectionLu récemment, Tombeau de la variété française, est une lecture conseillée parce que salutaire. On a vraiment besoin de se remettre les idées en place quant à la chanson française, et lorsqu’aujourd’hui je me surprends à fredonner des airs d’artistes que plus jeune je détestais et vomissais allègrement, je me dis que cette chanson faite au moule et bien plus vicieuse que je ne l’imaginais car elle agit aussi à retardement.
L’auteur, Laurent Laurent (dont je vous invite à visiter le site pour y découvrir d’autres facettes de son activisme) fit la joie des plateaux télé. On allait enfin dire en face à Souchon qu’il chante mou ou a Annie Cordy que "Tata Yoyo" ne serait jamais à la Pléiade. Tant d’évidences que les ronds de jambe et les baisemains des animateurs tentent de nous faire oublier. L’auteur est plus caustique que cruel et l’on sourit souvent à la lecture dont l'on sort satisfait que tant de points aient retrouvé leur "i".Si les libraires ne l’ont plus on le trouve à bas prix sur le net. Tombeau de la variété française. Laurent Laurent. Éditions Philippe Rey. Coll. Tombeau ouvert.

Tournidol, collection

Une chose en amenant une autre, ça me donne l’occasion de sortir mes Tournidol. Ces bustes de plastiques offerts par Banania et les Desserts Yabon qui servaient de centreur pour l’écoute des 45 tours. Cinq modèles existent : Hugues Auffray, Pétula Clark, Claude François, Sheila, Hervé Vilard tous bien servis dans le livre de Laurent Laurent.

tournidol, collection

tournidol, collection

00:29 Publié dans Éditions, Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : laurent laurent, tournidol, banania, yéyé |  Facebook |  Imprimer | | | | | Pin it! |

04/06/2011

Je m'appelle Wilson

Sculpture, Somme, Picardie, art brutCe samedi, c'était brocante à Laboissière-en-Santerre (Somme). À l'écart des stands, rue de Roye, un personnage de bois interpelle. Face à la maison du propriétaire, en bordure d'un pré, trois créations disparates. Sur la gauche, ébauche d'art topiaire avec une otarie et son ballon jaune. Au centre un chalet de bois à l'agencement méticuleux, réalisé avec soin fait office d'abreuvoir pour les oiseaux. À droite un dénommé Wilson, avec une salopette d'écorce bleue sur un tronc rouge fume la pipe, un chien de jardinerie à ses côtés. Jambes et tronc sont d'un seul tenant, branches et bûches constituent le reste du corps. Curieux ensemble donc, mélangeant, art du jardinier, bricolage, et création franche.

 

 

sculpture, Somme, Picardie, art brut, picardie

sculpture, Somme, Picardie, art brut

Laboissière-en Santerre, juin 2011. Clichés L. Jacquy

Hasard du calendrier, comme l'on dit, ce même jour, je reçois le numéro de la revue Gazogène consacré à Marie Espalieu, grande créatrice d'hommes et autres créatures de bois. Le livre est largement illustré (notamment de quelques photos de Doisneau) offrant un éventail assez large de ses créations. Je regrette tout de même que l'impression offset (et ses nuances de gris) des anciens numéros ait disparu au profit de la reprographie. Vous en saurez plus sur le contenu de "L'esprit des branches" ainsi que sur les moyens de se le procurer sur le blog de Jean-Michel Chesné.

sculpture, art brut, édition, Gazogène, jea-François Maurice
Couverture du N° 32 de la revue Gazogène 

PS. Je suis sot et le regrette bien. Toutefois cela me permet de m’esclaffer franchement à la lecture d’articles “érudits” comme celui, hélas non signé, intitulé Séraphine et Marie. Mais pourquoi toujours dénier l’incomparable ?

18/05/2011

Caca, yeah !

l'articho, Yassine, Chamo, illustration, illustrateurReçus dans la boîte aux lettres pas plus tard qu’hier deux numéros des cahiers de l’Articho.  J’attendais surtout le Cacahiers, c’est-à-dire le numéro 2 entièrement consacré au caca.

Au format cahier d’écolier, sur un très beau papier, avec un encart de 24 pages la publication est divisée en trois parties.

• La première "Merdes d’artistes" est un tour d’horizon, du caca dans l’art (Manzoni, Lizène, Wim Delvoye, Gilbert et Georges…), la BD, la presse et l’illustration (Vuillemin, Charb, Willem…).
• La deuxième sur 22 pages est consacrée aux illustrateurs. Illustrations pleine page (Sophie Dutertre, Moolinex, Sac Magic, Christine Hale…).
• La troisième partie est un cahier encarté de 24 pages bichromie de BD (Anouk Ricard, Yassine, Lolmede…).

Beaucoup à voir donc, et pour moi piqûre de rappel du travail de Reinhard Scheibner que je vous invite à découvrir plus précisément sur son site.

l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur

Les Cacahiers rejoindront cette publication de Placid parue en 1983

l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,

 The thief of sheet. Sac Magic

l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,

Reinhard Scheibner.  Künstlerhaüfchen, 2001. 40 x 45 cm 

l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,  

Reinhard Scheibner.  Kakwüst'l, 2001. 30 x 100 cml'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,

 Reinhard Scheibner.  Sitz-Kompostion 2001. 45 x 50 cm

l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,

Reinhard Scheibner. Sunny afternoon (collage), 2011. 20 x 23 cm 

Costes, l'articho, Muzo, Yassine, Chamo, illustration, Reinhard Schneibner, illustrateur,  

Ouvrage mythique car tiré à 125 exemplaires en juin 2000. Le Caca-Yoga de Jean-Louis Costes et Ann Van Der Linden 

podcast 

2456918785_1.jpgJe n'ai pu m'empêcher de mettre cet extrait de Petit Caca Noël de l'album du groupe Odeurs, Toujours plus haut (1983).
On reconnaîtra la voix de Vincent Malone pour cette chanson de séparation, difficile…

Un blog a l'air de suivre de près Odeurs et Au Bonheur des Dames, il s'appelle Odeursdegroupe. Dommage qu'il soit si difficile de s'y retrouver.

 

 

 

Eric cichaki, caca, tirage numérique

La jeune fille et la peur. Eric Cichacki. Tirage numérique. 40 x 60 cm.  

10/05/2011

Homonymies

Javier Mayoral, peinture, art singulier, illustrateurJe voulais ajouter des liens dans la rubrique on ne s’en passe plus et je me rends compte que deux des blogs que je visite souvent se nomment tous deux LOCUS SOLUS. Pour les deux la référence à Raymond Roussel et claire, leurs contenus quant à eux m’intéressent en des points bien différents.

Locus Solus 1

Le premier, que je nommerai donc Locus Solus 1 dans ma liste des liens est le blog de Javier Mayoral, espagnol, cuisinier en Californie et peintre prolifique à ses heures. Il y présente ses productions, peintures souvent faites par séries, parodies d’ex-voto, phénomènes de Barnum, visages avec insectes, catcheurs… Il utilise une palette de couleurs très personnelle, les formats sont petits. Une quinzaine de ses œuvres avait été présentée à l’exposition Qui-va-là ?et toutes avaient éveillé la curiosité des visiteurs. Pour vous faire une idée allez donc voir sur Locus Solus 1. Ses travaux sont mis en vente de façon hebdomadaire sur Ebay dans la boutique Monsterparty. Les mises à prix y sont en général aux alentours de 8 euros.

javier Mayoral, peinture, art singulier, illustrateur

Étrange, fantastique, mystère…

javier Mayoral, peinture, art singulier, illustrateur

… surréalisme, pulp, croyances…

javier Mayoral, peinture, art singulier, illustrateur

… Javier Mayoral réinvente l''imagerie populaire.

javier Mayoral, peinture, art singulier, illustrateur

Quelques peintures de Javier Mayoral, lors de l'exposition Qui-va-là ?
 

Thierry Horguelin, livres, cinéma, jazz, brocanteLocus Solus 2

Le second blog, découvert par hasard, est (je m’en aperçus ensuite) la réalisation d’une personne de ma connaissance. Nous avions correspondu lorsqu’il réalisait la revue Mandrill, et nous avions ripaillé plusieurs fois lors de sa venue à Amiens, pour quelque marathon de traduction lors du festival du film.

Il y parle des choses dont nous avions parlé, des choses que l’on se met entre les noreilles (il m’avait fait une compilation jazz formidable avec Dorothy Dandridge fondante dans I didn’t know time it was), de livres, de brocante, de listes et autres manies. S’il lit beaucoup, vous le verrez, il lui reste tout de même le temps d’écrire des histoires (La nuit sans fin), et pour ce Locus Solus 2 bien plus que des notes, des articles riches, parfois littéraires, mais toujours généreux dans le partage du savoir.

Thierry Horguelin, livres, cinéma, jazz, brocante

La femme invisible. À la mémoire de Raymond Roussel.
Huile sur toile 195 x 130 cm.Tableau peint par la machine de Louise Montalescot

thierry Horguelin, livres, cinéma, jazz, brocante

Librairie Guagga Art and Books (Cape Town)
Source : Bibliobibuli

thierry Horguelin, livres, cinéma, jazz, brocante

Dédicace de Musidora à André Breton.
(Source : catalogue de la vente André Breton, avril 2003) 

thierry Horguelin, livres, cinéma, jazz, brocante

Brocante, brocante… Clichés T. Horguelin

À noter également que Locus-Solus est disponible au format pdf sur le site Hibouc avec quelques autres textes de Marcel Schwob, Nadar, Crevel…

01/05/2011

Franck Montardier - figures visages

 

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinturePour qui n’a pu voir l’exposition Franck Montardier à Amiens au Safran ou à Abbeville à l’École des Beaux-Arts une cession de rattrapage est possible. Le catalogue de l’exposition vient de paraître. Avec beaucoup de retard hélas (après les expositions), il faudra donc se déplacer ou écrire au Safran pour l’obtenir.

 














art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

Franck Montardier, au Carré Noir. Amiens. Janvier 2011. Photo Irwin Leullier


Peindre c’est la vie

Le CARRÉ NOIR du Safran puis l’école municipale des Beaux-arts d’Abbeville ont présenté l’exposition singulière de Franck Montardier.
L’auteur qui n’a aucune référence historique ne s’inscrit dans aucune école ou filiation artistique. Il ne se reconnaît pas non plus comme artiste ni même comme peintre et n’a aucune ambition artistique. Mais Franck Montardier peint avec fougue et ténacité. Son projet est de peindre, uniquement de peindre et la peinture est pour lui son véritable espace d’expression. Il s’y sent bien et y trouve une vraie raison d’être.
De par son mode de production et la manière d’aborder librement la peinture et le tableau, Franck Montardier pourrait être considéré comme un singulier de l’art. Il peint de façon instinctive, sans préparation. Il raconte en image ce qu’il a vu ou ce qu’il a perçu ; il va vite car c’est dans l’instant qu’il a le désir de peindre. Il n’a pas de style maîtrisé et cela n’a aucune importance pour un travail délibérément direct et instantané. Sa production est abondante et pulsionnelle, multidirectionnelle et est emprunte de beaucoup de spontanéité.
Pour Franck Montardier, peindre est vital. Sa production est caractérisée par l’urgence, celle de fixer aussi vite que possible une sensation ou des préoccupations personnelles. Cette attitude le différencie de la majorité des artistes qui ont des stratégies artistiques et qui construisent dans leur temporalité un projet global. Chez Montardier, il n’en est rien ; il peint de façon brute, sans détour et sans avoir besoin de se justifier. Il parle difficilement de sa peinture, mais celle-ci parle de lui et pour lui, de ses rêves et de ses imaginaires ou souvenirs.…

Extrait de l’introduction. Alain Snyers. Janvier 2011


art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

Franck Montardier, Portrait de l'assemblée catholique.  Photo Irwin Leullier

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

Franck Montardier, Portrait et cruche  Photo Irwin Leullier

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

Franck Montardier, le symbole. Photo Irwin Leullier

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

L'exposition au Carré Noir Janvier 2011 Photo Irwin Leullier

 

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

Franck Montardier, L'impuretée. Photo Irwin Leullier

art singulier, Franck Montardier, Amiens, peinture

 Franck Montardier, Sans titre. Photo Irwin Leullier

25/04/2011

week-end Pascal

Gérad Lattier, peinture, peinture naïve, art populaireAnti calotin primaire, et de naissance, je me suis acheté mon premier évangile. L’Évangile selon Saint Lattier.  Vais-je le ranger à côté du seul ouvrage "pieux" de ma bibliothèque ? La Genèse de Robert Crumb. On verra bien. 
Gérard Lattier est rare au-dessus de la Loire, il faut donc guetter donc la sortie des publications le concernant.

Comme il avait raconté sa Bête du Gévaudan en 42 tableaux, comme un peintre mais aussi comme un conteur, il nous narre ici son Évangile.

Si  l’histoire est bien connue des petits nenfants qui sont allés au catéchisme (et encore), elle l’est un peu moins par ceux qui comme moi trouvaient dans Pif Gadget ou dans Pilote un autre genre d’élévation.

Ici, c’est un peu l’Évangile en bande dessinée. Le sujet sans doute l’imposait, mais sans avoir modifié son trait naïf, les compositions semblent encore plus proches des ex-votos (décors moins chargés, oriflammes…). On se régale de son humour, de sa vision, on finirait presque par faire copain avec Jésus. Il installe son évangile non loin de lui ou de ses spectateurs, intégrant nombres d’éléments, de personnages, de lieux de son sud cévenol. Il apparaît lui-même bien souvent (entre autre en Judas dans la cène). 
Le livre fait 200 pages, format à l’Italienne 30x 27cm.
On le trouve aux éditions du Chassel - 25 rue Jean-Jaurès, 07600 Vals-les-Bains.
Renseignements : editionsduchassel@wanadoo.fr

gérad Lattier, peinture, peinture naïve, art populaire

L'évangile : la résurrection. L'Évangile selon Saint Lattier. Ed du Chassel. 2010

Gérad Lattier, peinture, peinture naïve, art populaire

L'évangile : la résurrection. L'Évangile selon Saint Lattier. Ed du Chassel. 2010

gérad Lattier, peinture, peinture naïve, art populaire

Ce monde est plein de prophètes ! Pour être prophète, il suffit de se croire inspiré par Dieu, de vouloir faire le bonheur des hommes et d'être sùr de détenir la vérité. Alors, on grimpe sur un rocher et on prophétise et les pauvres hommes couillons comme des bédigues, écoutent, croient, obéissent et marchent. 

gérard Lattier, peinture, peinture naïve, art populaire

 L'Évangile selon Saint Lattier. Ed du Chassel. 2010

Et une chose en amenant une autre, ces deux statuettes de bois, d'origine polonaise, qui m'ont rejoint il y a bien longtemps et dont je ne me lasse pas.

art singulier, art populaire, sculpture, pologne 

18/04/2011

Soleil sans fin

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis DavidDeux choses m’ont fait m’intéresser aux environnements spontanés et à leurs créateurs. La première fut la proximité géographique du site de Bodan Litnianski que j’ai pu voir évoluer au fil des ans. La seconde fut la parution en 1984 du livre de Francis David Guide de l’art insolite Nord/Pas-de-Calais (Éditions Herscher, Paris), Picardie. J’y découvrais pour la première fois les créations de Léon Évangélaire, Arthur Vanabelle… et de Monsieur Goldoni de Quesnoy-sur-Airaines. Ma dernière visite sur les lieux datait de 2006, la maison était devenue tristounette, seule une statue de femme à l’équilibre précaire persistait dans le jardinet.

 

 

 

 

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David
Le jardin tel qu'il apparaissait en 1984 sous l'œil de Francis David

De passage sur place comme guide du Poignard subtil, la maison répondant au nom énigmatique de "Soleil sans fin" a repris des couleurs et de nouvelles statues sont apparues. Les constructions de bois (moulin, château) ont disparu. La femme de ciment est toujours là. Son châle a changé de couleur et elle accueille le visiteur à gauche du chemin, laissant place à un barbichu aux bras grands ouverts et à un paon (absents auparavant). Les petites ornementations de mosaïque contrastent aujourd’hui avec une façade de couleur jaune.
La maison, désertée ce jour-là, n’a pu nous livrer le nom de l'heureux restaurateur. 

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David
Des panniers en mosaïque ornent la porte. Photo L. Jacquy

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David
Les décorations qui emplissaient le jardinet, sont maintenant ramassées sur la façade. Photo L. Jacquy

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David

La légère inclinaison de la statue donne un certain swing à la demoiselle. Photo L. Jacquy

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David
Les animaux ont retrouvé leurs couleurs. Photo L. Jacquy

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David

environnement, art singulier, Quesnoy sur airaines, Monsieur goldoni, édition, insolite, sculpture, somme, picardie, Francis David
Des personnages bien accueillants. Photo L. Jacquy

10/04/2011

Le Choc Excoffon

Excoffon, Typographie, graphisme, éditionOn m’a offert un bien beau livre, Roger Excoffon et la fonderie Olive. Typographe prolifique de 1945 au tout début des années 70, il œuvra chez le fondeur Olive. Est-ce sa modestie qui l’empêcha de créer une typographie à son nom comme l’avait fait avant lui, Peignot, Garamont, Baskerville… ? Si, l’on ne connaît pas son nom, et bien souvent pas le nom des typographies qu’il a créé (Chambord, Banco, Mistral, Vendôme, Choc, Diane, Calypso et Antique Olive), les traces qu’il a laissé dans nos mémoires et toujours dans nos paysages urbains nous parlent d’un autre temps.
C’est lui cette nostalgie qui me prend en regardant les photos pourtant bien contemporaines de Raymond Depardon dans son album La France de Raymond Depardon (encore un bien joli cadeau qu’on m’a fait là), ses typos présentes sur une façade de droguerie, sur l’auvent d’un café sont des marques temporelles aussi remarquables que l’architecture qui les abrite.

 



escofon2.jpg
Ici quelques exemples d'utilisation de la police Choc

excoffon, Typographie, graphisme, édition

On peut voir le livre plus en détail sur le site de pixelcréation


A noter donc que le livre est disponible aux éditions Ypsilon . qu’il a été écrit par (Sandra Chamaret, Julien Gineste, Sébastien Morlighem). Qu’il a été édité en partenariat avec L’ESAD d’Amiens

 

27/03/2011

Tarzan

tarzan, plaque émaillée,

On trouve en ce moment sur un site d’enchères, cette plaque émaillée qui m’a toujours fait furieusement envie. D’un moyen format 47,5 x 30cm, elle vante la marque Tarzanéquipement pour la chasse et l’exploration sous-marine, tout un programme. Elle réunit plusieurs qualités, son graphisme assez proche de celui des BD petit format de l’époque (Marcello?), sa composition efficace, mais elle ouvre surtout au merveilleux, à Tarzan. Déjà multi-opérationnel le voilà en plus roi des profondeurs, gare à vous les poulpes géants.
tarzan, éditionIl y a bien longtemps un ami m’a fait lire les romans, c’était à l’époque dans la collection Édition Spéciale, chez Hachette, et j’avais pu découvrir le vrai Tarzan ce que je ne saurai que trop vous conseiller. Les aventures peuvent se dérouler, pendant la préhistoire ou sous l’Empire Romain, il combat des hommes fourmis, son fils aviateur fait la guerre de 1914 au-dessus de la Somme… De quoi attirer la curiosité non ?
La dernière édition des 25 romans date de 1988 (aux nouvelles éditions Oswald), il vous faudra donc faire vide-greniers et bouquinistes.
Alors voilà, une chose en amenant une autre à voir cette plaque, mes yeux ont quitté l’écran pour s’assurer de la présence inébranlable de 2 tarzans qui me surveillent dans un coin du bureau.
 

tarzan, yann paris, sculpture

tarzan au singe , sculpture, plâtre

Ce petit plâtre (35 cm) nommé sur son socle Tarzan au Singe,
nous propose un tarzan bien jeunot qui semble accompagner un enfant à l’école.

 tarzan, yann paris, sculpture

Un Tarzan assez pudique, (il n’aime pas beaucoup qu’on le voit en maillot de bain).
Sculpture en bois de Yann Paris, en transit à la maison.


tarzan, édition, lacassinIl y a beaucoup d'ouvrages sur Tarzan, mais puisque vous êtes à courir les bouquinistes pour trouver les romans recherchez Le Tarzan de Francis Lacassin chez Henri Veyrier. C'est vraiment une bible, riche en illustrations